Les maladies des yeux sont nombreuses et nécessitent des soins spécifiques. Cependant, dire ou même penser que la mal voyance ou même la cécité est une fatalité est dépassé actuellement, et c’est ne pas compter sur le progrès de recherche réalisé dans le domaine. Ainsi, avec des médicaments suffisants et appropriés, des modes de traitement utilisant des technologies avancées, les ophtalmologues arrivent facilement à bout des problèmes oculaires mêmes d’origine génétiques ou congénitaux, si on les consulte à temps.

Si le port des lunettes et des lentilles de contact est très efficace pour corriger les troubles visuels, la chirurgie des yeux l’est encore plus en stoppant l’évolution de tout problème des yeux aussi bien les troubles que les pathologies. Par ailleurs, on peut déjà aider les spécialistes et surtout s’aider soi-même en vérifiant de temps en temps l’apparence de ses yeux, leur couleur, leur façon de bouger, etc., afin de détecter tout changement pouvant mener à des troubles. Il existe également des modes de vie et des pratiques simples aidant à ménager les yeux.

Les problèmes plus ou moins graves liés à la vision

Les yeux, les plus utilisés des cinq sens sont à la fois fragiles, mais en même temps très performants. De nombreux problèmes peuvent leurs arriver, certains assez rares sont congénitaux, d’autres viennent du défaut de l’œil (cornée,) du vieillissement des muscles, des dépôts qui s’accumulent sur les éléments de l’œil avec l’âge (cristallin). La plupart des temps ils peuvent s’installer à tout moment, insidieusement, et que l’on s’en rende compte lorsqu’il est trop tard.

Il s’avère alors important de connaître les différentes causes, les symptômes, etc., des troubles ou des maladies pouvant affecter les yeux et de consulter l’ophtalmologue régulièrement, ou dès qu’on a des doutes et surtout quand l’âge avance. Les troubles oculaires les plus courants sont l’hypermétropie, la myopie, la presbytie, le strabisme, l’astigmatisme, etc., tandis que le glaucome, la cataracte ou la conjonctivite, constituent les pathologies fréquentes de l’œil. Une personne peut présenter à la fois plusieurs troubles visuels.

L’astigmatisme

Causes

L’astigmatisme est à une cornée de forme anormale, car elle est ovale au lieu d’être ronde et un cristallin sain, ou un cristallin de forme irrégulière et une cornée saine ou encore une cornée et un cristallin anormaux (la forme la plus grave). De cette façon, la lumière réfractée n’arrive pas à se concentrer sur la rétine, mais avant ou derrière celle-ci. L’image d’un objet est un peu déformée, particulièrement sur la périphérie, aussi bien de près que de loin. C’est ainsi qu’une lettre E est confondue avec B, le chiffre 8 avec 0, etc. Ce trouble visuel est parfois accompagné d’autres troubles comme la myopie, l’hypermétropie ou la presbytie et il est souvent confondu à tort, avec la fatigue visuelle.

Origines et facteurs de risques

Dans la plupart du temps, ce défaut est d’origine congénitale, dans ce cas il est stable tout au long de la vie de la personne affectée. Il peut aussi faire suite à une lésion de la cornée et rarement à une maladie appelée kératocône auquel cas la cornée présente une forme conique.

Symptômes

Selon le niveau du type de maladies des yeux, le sujet astigmate peut ne pas être trop handicapé dans ses activités ou au contraire il aura une vision imprécise ou floue, un dédoublement de l’image d’un objet, etc. À cela peuvent s’ajouter d’autres symptômes comme la migraine, le picotement des yeux, ne se manifestant, en cas d’astigmatisme de faible niveau qu’après un effort visuel.

À noter que ni le sexe ni les antécédents familiaux ne constituent des facteurs de risques de l’astigmatisme.

La myopie

Causes

Une myopie est un défaut visuel résultant, dans la majorité des cas, d’un globe oculaire anormalement long. La conséquence est qu’une image d’un objet éloigné se forme en avant de la rétine ce qui explique une image floue d’un objet vu de loin. En revanche, avec cette anatomie de l’œil, les objets proches ont leur image projetée sur la rétine, la vision de près est nette. Plus rarement, la myopie vient d’une cornée dont la courbure est supérieure à la normale.

Origine et facteur de risques

La myopie peut être d’origine génétique. Elle s’installe dès l’enfance et se stabilise vers l’âge adulte (autour de 25 ans) dans le cas de la myopie de niveau faible ou moyen. La myopie forte ou myopie maladie se développe toute la vie et est classée parmi les pathologies oculaires. Le manque de lumière naturelle favorise le développement de la myopie dans la mesure où la dopamine produite par la lumière naturelle sur la rétine a le pouvoir de régler la croissance de l’œil pour que sa longueur avoisine la normale.

Dans cette optique, les activités à l’intérieur utilisant de la lumière artificielle comme le travail sur ordinateur, le jeu vidéo, la télé, etc., aggravent le risque d’évolution de la myopie. Les nombres d’années d’études sont également recensés comme des facteurs accroissant les troubles de la myopie. Des recherches faites sur ce sujet il en résulte que le nombre d’années d’études ne dépassant pas 16 ans réduit de moitié le risque d’être myope. Enfin, le fait d’être asiatique augmente de façon importante le risque d’être myope.

Symptômes de la myopie

Le nourrisson ne présente pas les signes normaux d’évolution de la vision (ne suit pas une personne des yeux à partir de 6 mois, n’est pas capable d’attraper les objets l’entourant à partir de 8 mois, etc.). L’enfant myope scolarisé plisse les yeux pour regarder au tableau, les frotte régulièrement, tient son cahier très près pour lire ou écrire et se plaint de maux de tête en fin de journée, etc. Un adulte myope sent baisser son acuité visuelle se traduisant par exemple, par le besoin de s’approcher de l’écran en regardant la télé, par la difficulté de lire les panneaux de signalisation et de regarder les objets éloignés sans plisser ou cligner les yeux.

L’hypermétropie

Causes

Contrairement à la myopie, l’hypermétropie résulte d’un œil trop court accompagné parfois d’une cornée plate, ou un œil pas assez puissant (muscles ciliaires) pour bien accommoder. Une personne hypermétrope éprouve de la difficulté dans la vision de près alors que la vision de loin reste assez bonne.

Origine et facteurs de risques

Hypermétropie est en partie d’origine génétique, car beaucoup d’enfants naissent hypermétropes. Souvent, cette anomalie disparaît quand l’œil grandit. L’âge accroît la baisse de la vision chez un hypermétrope de niveau faible : jusqu’à 40 ans, sa vision de loin reste assez bonne, mais sa vision de près subit une régression progressive. Par contre, l’hypermétrope de niveau fort a une mauvaise vision de loin et de près depuis son plus jeune âge. À noter que par rapport à la myopie, l’hypermétropie évolue de façon moins spectaculaire et ne présente pas des complications graves telles que le décollement de la rétine (cas de la myopie).

Symptômes

Le plus souvent, aucun signe extérieur ne permet de reconnaître un hypermétrope, jusqu’à la trentaine. En cette période, la capacité d’accommodation est encore suffisante pour remettre à chaque fois l’image, au niveau de la rétine, le besoin de porter des lunettes n’est pas ressenti. Au-delà la vision de près et de loin devient de plus en plus trouble pour laisser place à la presbytie à partir de 40 ans. Suite à l’effort d’accommodation demandé selon le niveau du trouble, des fatigues oculaires, des maux de tête, etc. peuvent survenir.

À noter que la presbytie se manifestant par une dégradation manifeste de la vision de près à partir de 45 ans, est dû au vieillissement du système oculaire rendant le cristallin de moins en moins flexible. Quant au strabisme, il s’avère être un défaut sur l’alignement de l’axe de vision de deux yeux à cause des muscles qui ne fonctionnent pas correctement. Il peut être une complication de l’hypermétropie forte chez l’enfant

Le glaucome

Causes

Le glaucome est une pathologie des yeux caractérisé par un accroissement de la pression intraoculaire, cause de l’endommagement des fibres du nerf optique. Ce phénomène résulte du mauvais écoulement de l’humeur aqueuse devant fournir à la cornée et au cristallin les éléments nutritifs dont ils ont besoin.

Origines et facteurs de risques

Dans des cas rares, le glaucome (dit à angle fermé) peut être la complication d’une hypermétropie forte. Il peut être également d’origine congénitale. L’âge (après 40 ans), l’état diabétique, une tension artérielle élevée, la myopie, des parents atteints de glaucome, constituent, entre autres, des facteurs favorisant l’installation du glaucome chez un sujet.

Symptômes

L’évolution du glaucome se traduisant par un champ visuel qui devient de plus en plus restreint, ne présente pas de signes extérieurs visibles et est un processus indolore. Ainsi, la plupart du temps, on ne le remarque que trop tard. Le glaucome congénital peut se manifester par une forte sensibilité à la lumière, des yeux grossis et larmoyants, quelque mois après la naissance.

La cataracte

Causes

La cataracte est la pathologie des yeux la plus fréquente, touchant les personnes âgées. Elle est due à un cristallin devenu opaque et qui ne permet plus à la lumière de passer. Ce stade est atteint quand les protéines, un des éléments composant la structure cellulaire du cristallin sont altérés.

Origines et facteurs de risques

La cataracte peut survenir suite à des expositions de longue durée et répétées aux rayons UV, suite à une myopie très forte avec présence des lésions oculaires, etc. L’âge, la carence en certaines vitamines dans les aliments, la prise prolongée des médicaments comme le corticoïde, existence des parents atteints de cataracte, sont autant des facteurs augmentant les risques d’installation de la cataracte et des maladies des yeus

.

Symptômes

L’opacification du cristallin est un phénomène irréversible une fois qu’il commence. Il s’ensuit donc une baisse progressive de l’acuité visuelle : vision floue ou double, vision des couleurs, altérée, éblouissements par la gêne due à la lumière, etc. La perte totale de la vue est le résultat d’une opacification complète du cristallin.

À noter que la conjonctivite, classée dans les maladies des yeux se guérit avec et les médicaments appropriés, contrairement à la cataracte et au glaucome, dont le traitement nécessite une opération des yeux. La conjonctivite, une inflammation de la conjonctive, peut être d’origine virale, allergique ou bactérienne.

Les corrections ou les traitements des troubles et des maladies des yeux

Plusieurs solutions peuvent être prises face à un problème oculaire. La meilleure attitude à prendre consiste à détecter les symptômes, le plus précocement possible et à prendre aux sérieux les facteurs de risque. La consultation régulière des yeux ou dès qu’on sent ou détecte des anomalies, chez un ophtalmologiste est le geste le plus ingénieux, car lui seul peut déterminer la nature et le niveau du problème. Par ailleurs à chaque trouble ou maladie correspondent les traitements thérapeutiques appropriés.

Pour la myopie

Il y a les bonnes pratiques permettant de ralentir l’évolution de la myopie comme la limitation autant que possible de l’exposition des yeux à la lumière artificielle, le remplacement au mieux des distractions en intérieur des enfants (jeux vidéo, télé) par des activités en plein air.

  • Les exercices oculaires chez un orthoptiste.
  • Le port de lunettes de vues, des lentilles (de contact, et de nuit) pour ceux qui peuvent les supporter.
  • La chirurgie réfractive au laser et implants intra oculaires pour la myopie forte.

Pour l’astigmatisme

On a :

  • Le port des lunettes à verres toriques, des lentilles de contact spéciales.
  • La chirurgie réfractive au laser et greffe de la cornée.

Pour l’hypermétropie

On peut citer :

  • Les lunettes de vues, les lentilles de contact.
  • La chirurgie réfractive au laser.

Pour la presbytie

Le port de lunettes peut suffire, mais on peut également opter pour la chirurgie.

Pour le strabisme

Les exercices de rééducation par un orthoptiste sont conseillés pour les enfants, mais seule la chirurgie peut rectifier le défaut de l’axe de vision.

Pour le glaucome

Quelle que soit la solution adoptée contre certaines maladies des yeux, elle ne permet pas de récupérer l’acuité visuelle perdue. Toutefois, on peut utiliser :

  • Des médicaments, dont les collyres de préférence.
  • La chirurgie au laser si la méthode précédente n’est pas efficace.
  • Une intervention chirurgicale (incision de la conjonctive pour permettre à l’humeur aqueuse de s’écouler) si malgré les méthodes précédentes, la perte de vision continue toujours.

Maladies des yeux : la cataracte

Il n’y a que la chirurgie comme solution à certains types de maladies des yeux. Elle a pour but de remplacer le cristallin endommagé par un cristallin artificiel.

L’essentiel à savoir sur la chirurgie réfractive des yeux

La chirurgie réfractive utilisant la technique du laser permet le remodelage de la cornée, autrement dit la correction permanente du défaut oculaire.

Actuellement très utilisée, elle donne d’excellents résultats, permet de se soustraire au port de lunettes qui est gênant et limite les activités à faire. Il en est de même pour le port des lentilles de contact qui sont d’ailleurs susceptibles, à la longue d’entraîner des infections. Par ailleurs, les risques post opératoires sont devenus de plus en plus minimes. Comme techniques courantes en chirurgie réfractive, on peut citer le laser excimer, le lasik, le PRK.

Quelques exceptions

Dans de rares exceptions de maladies des yeux, certaines personnes ne sont pas opérables, ce qui explique le bilan préopératoire. La chirurgie se fait en principe sur un œil sain, un sujet sain (diabète stabilisé pour un diabétique) et seulement quand l’évolution du trouble oculaire se stabilise. Enfin, l’opération au laser n’exige pas une hospitalisation encore moins une anesthésie générale, une anesthésie locale sous forme de goutte à instiller dans l’œil à opérer suffit. L’intervention est rapide et se fait en général sans douleur.

Les derniers articles

Fermer le menu