Les aides pour bien voir

Pour aider les personnes malvoyantes à bien voir (notamment les séniors), il existe des stages de rééducation et des outils spécifiques. La correction offre globalement une vue variant de un à quatre dixième. Se passer des nouveaux supports technologiques et munis des différents types d’écrans s’avère aujourd’hui impensable. Des plus petits jusqu’aux plus vieux, tous en sont devenus dépendants aussi bien pour les jeux, le travail, le loisir et bien entendu, la sécurité. C’est surtout vrai pour les jeunes des zones urbaines industrialisées. Malheureusement, dans ces conditions, les yeux s’exposent à de nombreux risques.

Les statistiques sur le nombre de personnes présentant des troubles visuels allant en croissant, ces dernières décennies en disent long sur ce sujet. Les projections sur les années à venir, faites par les spécialistes à partir des chiffres des dix dernières années, leur font craindre qu’en 2020 la moitié de la population mondiale soit myope. C’est pourquoi, devant ces faits, pour ménager ses yeux et les garder le plus longtemps possible à l’abri des différents problèmes visuels il est plus que judicieux d’observer le mode de vie et l’alimentation les mieux appropriés. Et surtout, il ne faut pas minimiser l’importance de la consultation chez l’ophtalmologue ou l’optométriste, périodiquement. Sinon, dès qu’on redoute le moindre problème, il est le seul à pouvoir donner les conseils adéquats.

Bien voir  : les consultations chez l’ophtalmologue pour l’examen de l’œil

Même si on ne constate pas de problèmes majeurs, les visites chez l’ophtalmologue ou les tests de vision chez l’optométriste sont importants, en particulier pour les enfants et l’adulte dépassant 40 ans.

Pour l’enfant

Pour un enfant normal, bien voir consiste en un premier contrôle des yeux par l’ophtalmologue. Il doit se faire à 9 mois, au cours duquel le spécialiste procède au test de la pupille. Entre 2 et 6, un contrôle annuel est indiqué.

La myopie et l’astigmatisme physiologiques peut exister chez un enfant à partir de 4 ans. L’hypermétropie ne dépassant pas 1,5 dioptrie persiste jusqu’à 10 ans. Elle est toutefois compatible à une vision normale.

Le strabisme ainsi que l’amblyopie peuvent être traités sans laisser des séquelles avant 18 mois (l’œil normal de l’enfant présente un strabisme léger qui ne doit pas persister, à 2 mois) ou au plus tard avant 2 ans et demi.

Pour que l’enfant puisse continuer à bien voir, un dépistage de problèmes lié à la vision de couleur est à réaliser entre 4 et 5 ans.

Pour l’adulte de plus de 40 ans

À partir de 40 ans, l’œil commence à vieillir, le cristallin perd petit à petit ses propriétés essentielles (élasticité, transparence) pour favoriser l’installation de la presbytie et de la cataracte ainsi que d’autres risques menaçant les éléments internes de l’œil (vitré, rétine, nerf optique). Les tests de la vision et les examens cliniques de l’œil deviennent nécessaires pour palier la baisse précoce de la vision et détecter à temps les maladies oculaires éventuelles (décollement de la rétine, glaucome, DMLA,) autres que la presbytie et la cataracte.

Les aides alimentaires

Chez l’être humain, une alimentation saine et équilibrée contribue grandement au bon développement et au bon fonctionnement de son organisme. C’est d’autant plus vrai qu’il s’agit des yeux. En effet, depuis la formation des yeux dans l’utérus, leur développement au stade de l’enfance et à l’âge avancé, certains aliments permettent d’éviter ou retarder des maladies oculaires comme la cataracte, le glaucome, la DMLA, etc., et de garder une bonne vision.

Les éléments nutritifs, bons pour les yeux peuvent être classés en trois catégories : les vitamines, les oméga-3 et les antioxydants. Ils sont présents dans de nombreux aliments naturels. À titre préventif ou à défaut de ces aliments préconisés, il est indispensable de les remplacer ponctuellement par des compléments alimentaires.

Les vitamines pour bien voir

La vitamine A

Elle a comme source, la carotte ainsi que tous les légumes et les fruits de couleur orange (présentant du bêta-carotène transformable en vitamine A), le jaune d’œufs, le foie, le thon, le beurre, etc.

L’apport suffisant en vitamine A :

  • Permets de garder la cornée translucide et en bonne santé.
  • Favorise la transformation par les cônes et les bâtonnets de la rétine, l’énergie lumineuse en influx nerveux.
  • Évite la baisse de l’acuité visuelle particulièrement la nuit ainsi que l’apparition des pathologies oculaires comme la cataracte, la DMLA.

La carence prononcée en cette vitamine entraîne chez un enfant de moins de 5 ans un grave problème de la membrane de la conjonctivite, appelé xérophtalmie pouvant entraîner la cécité.

À noter que le zinc, présent dans les huîtres, le blé, les noix, etc., facilite l’absorption de la vitamine A tout en protégeant les yeux de la DMLA.

La vitamine C

Elle est présente dans les fruits dont les myrtilles, les agrumes, les fraises, les kiwis, les mûres, etc., ainsi que les légumes frais comme, les brocolis, les poivrons rouges, etc. Cette vitamine prévient les yeux de la cataracte et du glaucome et pour ce dernier, soulage ceux qui en sont déjà atteints. Elle retarde l’installation de la DMLA. De plus, elle améliore la vision nocturne et prémunit de la baisse de l’acuité visuelle.

Les vitamines E et autres

Se trouvant dans les noix, les amandes, les germes de blé, la margarine, etc., la vitamine E protège les yeux de la cataracte et de la DMLA et semble freiner l’évolution de la myopie. Le corps a besoin du sélénium dans les fruits de mer, de la levure, etc., pour l’assimiler.

Les vitamines B et D ont également des effets bénéfiques sur l’œil et la vision.

Les oméga-3 et les acides gras

Ce sont des éléments présents dans les poissons gras comme les sardines, le saumon, l’anguille, la truite, le hareng, le maquereau, etc., les noix, l’huile de Colza, etc., les aliments verts comme la mâche, etc.

Le développement de l’œil et aussi du cerveau des enfants en ont grand besoin. Leur consommation est même conseillée pendant la grossesse pour les mêmes raisons. Pour l’adulte, ils prémunissent des différents troubles visuels et réduisent le risque de décollement de la rétine s’ils sont consommés en quantité suffisante.

Les antioxydants (caroténoïdes et pigments) qui aident à bien voir

Les antioxydants, principalement la zéaxanthine dans le maïs, le chou-fleur, etc., et la lutéine dans le jaune d’œuf, l’orange, la carotte, etc., et tous les deux, dans les légumes de couleur vert foncé (chou vert, brocoli, épinard), protègent l’œil, notamment la rétine.

À partir de 6 g par jour, ils peuvent prémunir la rétine des rayons UV, protéger les yeux des effets des radicaux libres. Selon des études faites, la réduction de risques de DMLA est évaluée à plus de 90 % et celle de la cataracte à de plus 45 % avec la zéaxantine. Celle-ci est estimée à près de 70 % pour la DMLA et autour de 50 % dans le cas de la cataracte avec la Lutéine.

Bien voir : mode de vie, exercice et aides visuelles

Pour préserver la santé de l’œil et la bonne vision, il est nécessaire d’adopter un mode de vie approprié surtout avec les activités demandées par la société actuelle.

Concernant les enfants, on doit, entre autres, leur faire passer plus de temps pour les activités en plein air et diminuer ainsi, celui consacré aux jeux vidéo, passé devant les écrans, en salle.

Pour les adultes dont l’activité les oblige à passer du temps devant l’ordinateur à longueur de journée, ils doivent boire abondamment, prendre une pause au moins toutes les demi-heures pour regarder au loin, inonder, autant que possible, la pièce où on travaille, de lumière naturelle, etc.

Les malvoyants peuvent avoir une « basse vision » ayant pour cause des maladies non traitées par la chirurgie, ni corrigées par les lunettes et les lentilles. Pour eux, des aides visuelles sont à leur disposition. Celles-ci peuvent être des loupes, des lunettes de lecture, des jumelles monoculaires ou microscopiques, etc. Il peut s’agir aussi des aides techniques pour faciliter la réalisation des tâches quotidiennes comme. Ce sont entre autres des ustensiles de cuisine pour basse vision, des tables de repassage et des portefeuilles, spéciaux, des montres et des téléphones adaptés, etc. Il existe encore des systèmes électroniques aidant dans la lecture ou l’écriture. Ils associent plus confort et de performance par rapport aux aides optiques.

Fermer le menu