Conseils pour améliorer sa vision

oeil et vision, hypermétrope, caractéristiques de l'astigmatisme, aberrométrie,

« Un examen de fond d’œil n’a aucun intérêt pour une personne jeune », « quand on peut encore bien voir, on n’a pas de défaut d’œil ni de vision » etc., sont autant d’idées reçues sur l’œil et la vision. Chacune d’elles mérite un éclaircissement. La santé de nos yeux et celle de nos enfants constitue une préoccupation majeure de tous les jours. On sait en effet qu’on sera tellement diminué sans nos yeux et donc on a peur d’y toucher même si des petits problèmes commencent à être pressentis. Alors, pour se rassurer on est enclin à se raccrocher à tout ce qu’on entend, que ce soit vrai ou faux. C’est donc pour cette raison que certaines idées fausses subsistent toujours.

Or, devant l’avancée des recherches qui essaient d’expliquer ce qu’on n’a pas compris hier, chercher à connaître les vrais risques auxquels nos yeux sont exposés et pouvoir ainsi s’en prémunir sereinement s’avère l’attitude la plus intelligente. Parallèlement, même si les risques zéro n’existent pas, les technologies actuelles proposent des techniques éprouvées permettant de venir à bout de presque tous les problèmes oculaires. De leur côté, les professionnels de santé oculaires, avertis et compétents, suffisamment nombreux, sont disposés à donner les informations demandées sans oublier le forum sur internet, sans doute le plus accessible. Sans être le premier à le faire, le présent article va encore faire un tour d’horizon sur les idées reçues, vraies ou fausses.

Œil et vision : quelques fausses idées reçues

Les problèmes oculaires peuvent être diagnostiqués par soi-même (Plus de 40 % de Français le pensent).

Il faut se méfier d’une telle idée, car il existe des maladies pour lesquelles les gênes visuelles correspondantes ne se manifestent qu’après une dizaine d’années. C’est par exemple le cas du glaucome. Seuls les examens réalisés par un spécialiste peuvent déterminer avec précision la nature du problème, l’importance de son impact sur l’œil, etc. Dans le cas du glaucome une analyse du fond d’œil ou du champ visuel permet de juger de l’état de la rétine ou du nerf optique.

 Passer par un médecin traitant constitue une démarche obligatoire pour pouvoir se faire consulter par un ophtalmologue.

On peut consulter directement un ophtalmologue ou un optométriste comme on le fait pour le stomatologue ou le gynécologue sans passer par le médecin traitant.

Penser et croire qu’un enfant qui joue à faire des loucheries ou de faire des grimaces risque de bloquer son œil.

Le strabisme ou la loucherie est un trouble visuel parmi tant d’autres, pouvant toucher un enfant dès son plus jeune âge. En tant que tel, ce trouble nécessite une prise en charge médicale. Il n’est jamais prouvé que les muscles oculaires mis en jeu lorsqu’un enfant imite une loucherie ou fait une grimace sont bloqués quand il cesse de jouer.

Les rayons UV sont plus nuisibles à la peau qu’à l’œil.

Ce n’est pas vrai surtout en montagne et avec de la neige, car une composante de l’Ultraviolet plus dangereuse peut être présente et la neige réfléchit à plus de 90 % les rayons solaires. Cette situation peut provoquer de l’ophtalmie (coup de soleil douloureux). La DMLA peut avoir pour cause une exposition au soleil sur une longue période.

Il n’est pas nécessaire de tester les yeux après 60 ans.

C’est faux, car les risques d’apparition des maladies liées à l’âge comme la DMLA augmentent quand on dépense 60 ans. Quant au glaucome qui se manifeste fréquemment à partir de 50 ans, il peut se trouver à un stade avancé au-delà de 60 ans alors qu’on peut stopper son évolution avant. Il en est de même pour le décollement de la rétine.

On reconnaît le glaucome par une forte douleur et cette maladie oculaire ne se traite que par la chirurgie.

Dans la majorité des cas, le glaucome s’installe insidieusement (sans signe apparent ni douleur) pendant plus d’une dizaine d’années. Les premiers signes se manifestent souvent à partir de 50 ans. Il ne se traite pas, mais on peut stopper son évolution, non pas, obligatoirement avec la chirurgie, mais le plus souvent avec des gouttes de collyre oculaire, à administrer quotidiennement et à vie. À noter qu’il existe un type de glaucome qui se rencontre rarement et qui s’accompagne d’une forte douleur. C’est le glaucome à fermeture d’angle dont la prise en charge constitue une urgence.

La myopie et la presbytie se corrigent mutuellement.

Au contraire, une personne myope bien avant l’apparition de la presbytie autour de 45 ans, le reste sans traitement. À partir de ce moment, les gênes visuelles dues à la myopie s’ajoutent à celles dues à la presbytie.

L’hypermétropie est une sorte de presbytie précoce.

C’est faux, car tout le monde devient presbyte à partir de 45 ans sans être nécessairement hypermétrope. L’hypermétropie peut toucher un enfant dès sa naissance et à partir de 45 ans il sera à la fois presbyte et hypermétrope.

La DMLA est une maladie oculaire rare.

Cette maladie qui touche la zone centrale de la rétine, responsable de la vision centrale de l’oeil (lecture, conduite, etc.) touche actuellement plus de 2 millions de Français. Le risque de son apparition augmente avec l’âge.

La cataracte ne concerne que les personnes âgées.

Bien que la cataracte soit dans la majorité des cas, une maladie oculaire liée à l’âge, il existe toutefois la cataracte congénitale, présente chez un enfant dès sa naissance pour une proportion de 0,05 %. Il y a également la cataracte traumatique pouvant affecter un individu à tout âge à la suite d’un choc violent subi par l’œil.

Le port de lunettes rend les yeux paresseux.

C’est faux. Bien entendu, quand on se fait re-consulter par un ophtalmologue, il se peut que le degré des lunettes augmente. Ce n’est pas le port prolongé qui en est la cause, mais la détérioration de la vision peut provenir de l’âge ou d’autres facteurs.

Si on veut diminuer la fatigue visuelle, il faut éviter de trop porter des lunettes.

Si les spécialistes des yeux prescrivent le port de lunettes, il faut toujours les porter. En effet, elles ont pour but de compenser le défaut visuel. Le fait de les enlever ne repose aucunement les yeux.

C’est la teinte de verres des lunettes qui protège les yeux des rayons solaires.

C’est faux, car c’est le filtre UV qui garantit la protection contre les rayons solaires, mais non pas la teinte. Il est plus prudent de n’acheter que des lunettes solaires avec le marquage CE.

Il n’est pas nécessaire de protéger les yeux des jeunes enfants, des rayons solaires.

C’est faux, étant donné que le cristallin ne peut assumer son rôle de barrière anti-UV avant 13 ans.

Les lentilles de contact ne peuvent corriger que des troubles visuels peu importants.

Bien qu’il existe des niveaux de troubles où la correction avec des lunettes ou des lentilles de contact s’avère inefficace, les lentilles ne sont pas réservées seulement aux troubles légers. Elles peuvent même corriger des troubles associés. C’est le spécialiste de l’œil qui est en mesure de déterminer pour quel niveau de trouble, la correction n’est plus accessible aux lentilles.

Le fait de porter et d’entretenir les lentilles de contact est contraignant pour l’œil et la vision.

C’est faux, car avec les lentilles actuelles il n’est pas nécessaire de les enlever pour se maquiller ou pour prendre une douche, ou faire du sport en dehors de la natation. Il faut seulement prendre certaines précautions comme celles d’éviter les projections d’eau dans l’œil pendant la douche.

Par ailleurs, l’entretien des lentilles de contact actuelles est plus facile. Avec les lentilles jetables, aucun entretien n’est à faire.

Œil et vision : quelques idées reçues partiellement ou totalement vraies

Le stress a un effet nuisible sur l’œil et la vision :.

C’est vrai dans la mesure où le stress en affaiblissant le système immunitaire naturel ou en réduisant l’irrigation sanguine des yeux, peut entraîner des troubles du type scintillements. Un stress persistant sur une assez longue durée peut faire apparaître des points grisâtres ou des lignes tordues dans le champ visuel.

Pendant le travail sur écran, le fait de bâiller peut diminuer la sécheresse oculaire.

C’est vrai, car bâiller aide à la formation du liquide lacrymal. Or quand on reste assez longtemps à travailler devant l’écran, on oublie souvent de cligner les yeux ce qui entraîne une mauvaise répartition des larmes qui vont d’ailleurs s’évaporer. La sécheresse oculaire va s’en suivre inévitablement.

Travailler trop longtemps devant l’écran peut conduire à des problèmes visuels.

C’est en partie vrai si on considère que la fatigue visuelle et la sécheresse oculaire engendrées même indirectement par le travail sur écran font partie des gênes oculaires. En effet, la fréquence de clignement de l’œil (normalement de 12 à 20 par minute) se raréfie par la fixité de l’œil sur l’écran et la luminosité de celui-ci. Le travail sur écran doit s’accompagner de certaines habitudes pour ne pas fatiguer les yeux. Il s’agit, entre autres, de faire des pauses régulières pour regarder au loin, de boire abondamment, de bâiller le plus souvent possible, etc.

Les spécialistes ne recommandent pas le port de lentilles de contact pour le travail sur écran (ordinateur).

C’est en partie vrai dans la mesure où le travail sur écran peut favoriser la sécheresse oculaire, comme on vient de signaler plus haut. Or les lentilles de contact adhèrent à l’œil grâce au film lacrymal. Si le liquide lacrymal est mal réparti ou insuffisant, la lentille peut même tomber.

Porter des lentilles de contact la nuit, corrige la myopie.

C’est vrai seulement pour des lentilles spéciales, conçues à cet effet, mais qui sont encore au stade d’expérimentation. Au contraire, les lentilles de contact classiques, portées pendant le sommeil constituent des facteurs de risques d’infections oculaires.

La sensibilité plus importante des yeux clairs aux rayons solaires par rapport aux yeux foncés

Oui, c’est vrai et cela s’explique par le fait qu’une concentration moindre en mélanine caractérise les yeux clairs. Or, la mélanine est un pigment assurant une protection pigmentaire face aux rayons UV.

La myopie est un trouble visuel héréditaire.

C’est vrai même si d’autres facteurs peuvent être la cause.

Sortir le plus souvent au grand air permet d’éviter la myopie.

C’est vrai surtout pour les enfants, quand la maladie n’est pas d’origine génétique.

Picture of sitraka

sitraka

Bonjour, je m'appelle Florismart et j'ai 48 ans. Je suis technicien de laboratoire ophtalmique. Mon travail consiste à réaliser des examens et des tests en lien avec la vision et les yeux. Je suis passionné par mon domaine et j'apprécie pouvoir contribuer à la santé visuelle de mes patients. Bienvenue sur mon site web !

Partagez ceci :

Articles récents

Catégories

Vos avantages

Obtenez une promotion et restez informé