Définition de l’hypermétropie

Comme définition de l’hypermétropie, qu’on  appelle aussi l’hypertrophie, on peut dire que ce n’est pas une maladie de l’œil. Tout comme la myopie et l’astigmatisme, c’est plutôt une anomalie plus ou moins courante de la vision. Elle se reconnaît par un certain nombre de symptômes et il est possible de la corriger. Elle affecte les nouveau-nés, les enfants aussi bien que les adultes.

Définition de l’hypermétropie : que signifie le terme hypermétropie ?

L’hypermétropie est un défaut de l’œil qui ne lui permet pas de bien voir les objets proches. Au contraire, le sujet parvient à percevoir plus nettement ceux qui sont plus lointains. Dans le cas de l’hypermétropie, la puissance de l’œil ne convient pas à sa longueur : on parle ici d’un « œil trop court » ou pas assez puissant. Ainsi, les rayons lumineux émis par un objet proche, en passant par la cornée qui les réfractent, ne sont pas focalisés sur la rétine, mais derrière elle, c’est pourquoi l’objet est perçu flou. Donc, c’est un phénomène inverse de ce qui se passe pour la myopie, où l’œil est trop long pour permettre la projection de l’image d’un objet vu de près sur la rétine et celle de loin en avant de la rétine.

 Le sujet atteint de ce trouble de la vue peut vivre assez longtemps sans qu’il rencontre des ennuis majeurs jusqu’à un certain âge. Cela s’explique par le pouvoir d’accommodation de l’œil qui reste assez important avant l’installation de la presbytie et qui arrive avec plus ou moins d’effort à ramener l’image sur la rétine.

Les différents niveaux et formes de l’hypermétropie

Chez les nourrissons et les enfants de 2 à 4 ans l’hypermétropie peut se corriger d’elle-même, parallèlement au développement de l’œil vers l’âge de 10 ans. Dans ce cas, on parle d’hypermétropie physiologique. Pour les adultes, l’hypermétropie se manifeste d’habitude, entre 35 et 40 ans, car le pouvoir d’accommodation de l’œil commence à diminuer. La vision de près devient de plus en plus moins nette. C’est pour cela qu’on a tendance à penser que la presbytie est une forme d’hypermétropie liée à l’âge. Ce qui n’est pas vrai, car tout le monde sera presbyte à partir de 45 ans sans être nécessairement hypermétrope avant et qu’il voit toujours bien de loin.

Grâce aux dioptries, unités utilisées pour déterminer la correction nécessaire pour compenser les défauts visuels, on peut déterminer les trois niveaux d’hypermétropie de la façon suivante :

  • L’hypermétropie est faible entre : 0 et + 2 dioptries.
  • Elle est moyenne, entre + 2 et + 5 dioptries.
  • Par contre, elle est forte au-dessus de +5 dioptries.

L’effort d’accommodation exigé au cristallin est d’autant plus grand que le niveau d’hypermétropie est élevé. L’hypermétropie s’accompagne de symptômes et peut aboutir à des complications plus ou moins significatives quand elle est moyenne et surtout quand elle est forte.

Définition de l’hypermétropie : les gênes et les complications découlant de l’hypermétropie moyenne et forte

À cause du mode vie actuel des pays occidentaux où l’évolution de la technologie sollicite l’utilisation de la vision de près (ordinateurs, portables, etc.), l’hypermétropie peut constituer un problème non négligeable. Les gênes occasionnées comme, les maux de tête, des fatigues de la vue, surtout en fin de journée peuvent devenir plus importants. À tout cela, peuvent s’ajouter des picotements et une difficulté de concentration (en particulier chez l’enfant).

Le taux de prévalence de l’hypermétropie s’approche actuellement des 15 % de la population française.

Comme complications, l’accommodation trop importante chez l’enfant peut entraîner, en cas d’hypermétropie forte, le strabisme et chez l’adulte, l’hypermétropie forte peut aboutir au glaucome.

Les corrections disponibles en cas d’hypermétropie

Étant donné que l’hypermétropie est un trouble visuel et non une pathologie, on peut ne pas s’en rendre compte pendant longtemps, surtout si l’hypermétropie est faible. Mais si elle est moyenne et à plus forte raison de niveau fort, la correction se fait par le port de lunette à verres convexes ou de lentilles de contact afin de redresser l’image sur la rétine.

À partir de la quarantaine et surtout avec l’apparition de la presbytie, le port des verres progressifs pour corriger les problèmes de vision de près ou de loin et intermédiaire est la meilleure option. Toutefois si on ne veut pas dépendre des lunettes et des lentilles de contact, les premiers pour cause d’inconfort, les secondes pour risque d’infection, on peut avoir recours à la chirurgie ou à l’implant. Seul un ophtalmologue peut prescrire la correction adéquate.

Fermer le menu