De la naissance à l’âge adulte, de nombreux troubles peuvent affecter nos yeux. Parmi les plus courants et suivant le taux de prévalence le plus élevé, on peut citer la myopie, l’astigmatisme et enfin l’hypermétropie. Dans le monde, on estime à près de deux milliards le nombre de personnes touchées par ces trois anomalies visuelles toutes confondues. À tout cela s’ajoute le défaut visuel dû à l’âge qui est la presbytie, quand on dépasse le cap de quarante ans. Concernant l’hypermétropie, ce trouble visuel touche plus de 15 % de Français.

À l’origine des défauts visuels comme, la myopie, l’astigmatisme et l’hypermétropie, se trouvent, l’anomalie de courbure ou de forme de la cornée. Quant à la presbytie, c’est le cristallin qui faillit à sa mission à cause du vieillissement. Avec les solutions à la disposition des spécialistes de l’œil, on arrive aisément à bout des problèmes générés par ces défauts soit avec des solutions optiques soit avec la chirurgie. L’hypermétropie qui semble être la plus discrète n’est pas à prendre à la légère, ne serait-ce que pour éviter les complications qu’elle peut entraîner. D’autant plus que ce ne sont pas les techniques de correction qui font défaut. Par ailleurs, l’hypermétropie peut être faible, moyenne ou forte. Des troubles différents peuvent affecter un même oeil. Enfin l’acuité visuelle des deux yeux d’une même personne peut être différente.

L’œil hypermétrope : l’hypermétropie et l’accommodation

Être hypermétrope, c’est avoir une vision de loin floue et une vision de près assez bonne. Cela veut dire que l’œil hypermétrope n’est pas assez puissant optiquement pour focaliser l’image d’un objet éloigné sur la rétine, celle-ci se situe théoriquement derrière elle. Le plan virtuel où se positionne l’image hors de la rétine est de plus en plus éloigné à mesure que le niveau de l’hypermétropie devient plus élevé (de l’hypermétropie légère à l’hypermétropie forte).

Par l’accommodation, réflexe naturel du cristallin, celui-ci doit se bomber pour augmenter son pouvoir optique afin de ramener l’image sur la rétine quand c’est nécessaire.

Ainsi, on peut facilement compenser le fait d’être hypermétrope en vision de loin par l’accommodation. Cet effort d’accommodation est d’autant plus fatigant si le niveau de l’hypermétropie est élevé.

Cas d’un enfant hypermétrope

L’œil de tout enfant dès sa naissance à 6 ans est hypermétrope sans qu’il le sache. En effet, le pouvoir d’accommodation de l’enfant en pleine évolution lui permet de compenser facilement par réflexe le défaut. Ce type d’hypermétropie qui disparaît en principe entre sa sixième et sa dixième année ou qui diminue progressivement s’appelle hypermétropie physiologique. C’est une hypermétropie légère.

Pour l’enfant toujours, si l’œil est hypermétrope moyen, l’effort à fournir par l’œil pour accommoder peut se manifester à la longue, en fin de journée, par des maux de tête et de la fatigue visuelle. Dans le cas d’hypermétropie forte, l’effort d’accommodation important exigé à l’œil peut mener l’enfant au strabisme.

Dans tous les cas, il est important de consulter un ophtalmologiste au moindre doute sur le comportement visuel de l’enfant d’autant plus qu’il bénéficie de 20 visites médicales, à la charge totale de l’Assurance maladie jusqu’à 6 ans. Le dépistage est encore plus important si un membre de la famille a été déjà hypermétrope moyen ou fort.

L’hypermétropie chez l’adulte

C’est à partir de trente ans que l’hypermétropie semble apparaître à l’œil adulte. Avant cet âge le pouvoir d’accommodation du cristallin arrive aisément à compenser le défaut de  l’œil hypermétrope.

A l’âge où la presbytie commence à s’installer, c’est-à-dire à partir de la quarantaine, la baisse de la vision de près de l’œil hypermétrope commence à se faire sentir, en plus de celle de la vision de loin. En effet, le vieillissement du cristallin le rend de moins en moins souple et parallèlement le pouvoir d’accommodation diminue jusqu’à disparaître complètement vers 65 ans. La correction de l’œil hypermétrope devient alors impérative, pour voir de loin et même de près. Les gênes senties : fatigue visuelle, maux de tête sont d’autant plus importantes chez l’adulte, que le niveau de l’hypermétropie est élevé ou que l’âge avance.

Une hypermétropie forte, non corrigée chez l’adulte peut se compliquer en glaucome, mais le cas est assez rare.

Quoi qu’il en soit, l’hypermétropie qui est l’inverse de la myopie est moins évolutive que celle-ci et n’entraîne pas des pathologies graves du genre décollement de la rétine ou encore, cataracte comme elle.

Quantification de la qualité de la vision

L’acuité visuelle et le champ de vision sont des critères permettant au spécialiste de la vue de déterminer si la vision est bonne ou non.

On associe à l’acuité visuelle  une échelle de 10 ou les dixièmes, découlant de la capacité de  l’œil à lire des lettres de plus en plus petites à une distance approximative de 5 m. 10/10 correspond à une bonne acuité visuelle, et la correction d’une anomalie ou son traitement vise à s’en approcher le plus possible.

La correction que doit apporter un verre correcteur pour compenser une anomalie se mesure en dioptrie, dioptrie précédée du signe + pour l’hypermétropie. À une acuité visuelle de 10/10, donc normale, correspond 0 dioptrie.

Ainsi, une hypermétrie faible correspond à 0 jusqu’à + 2 dioptries, une hypermétropie moyenne, +2 jusqu’à+5 dioptries, à une hypermétropie forte, plus de +5 dioptries.

Les techniques de correction de l’hypermétropie

L’hypermétropie n’handicape pas trop le concerné tant qu’elle est faible ou qu’elle ne s’ajoute pas à d’autres troubles ou que la presbytie ne s’installe pas encore. Dans le cas contraire, on peut la corriger :

  • Soit avec des lunettes de vue et des lentilles de contact à verres correcteurs convergents, autrement dit à des verres plus épais au centre que vers les bords.
  • Soit avec la chirurgie réfractive pour rendre la cornée plus bombée au centre (PKR, Lasik) ou avec la pose des implants. À noter cependant que tout le monde n’est pas éligible à la chirurgie et que ce type d’opération ne convient pas aux sujets de moins de 18 ans.

Les derniers articles

L’hypermétropie et l’astigmatisme

Bien souvent, un hypermétrope sera à la fois un astigmate. Il a d’une manière générale une bonne vision des objets éloignés associée toutefois à une difficulté à distinguer les objets…
Fermer le menu