La myopie : dossier complet sur cette maladie

La myopie est un trouble optique se distinguant par une vision de près nette assortie d’une vision de loin floue. Très répandu en Europe, il commence dès l’enfance, à l’âge scolaire et se décline à des niveaux différents, plus ou moins légers. Notre œil est un organe très exposé à des maladies. Pour ne citer que les conjonctivites, les kératites et pour certains d’entre nous il peut déjà avoir hérité d’ anomalies visuelles telles que la myopie. Il est aussi possible que certains en soient affectés dès la naissance. Comme pour le cas d’une myopie congénitale. Cette anomalie visuelle est très fréquente chez les personnes d’origine asiatique et caucasienne, car elle atteint jusqu’à 70 % des enfants d’âge scolaire dans les pays industrialisés de l’Asie de l’Est, autrement dit, des enfants entre 6 à 12ans.

Pour les pays européens, dont la France, même si le taux de prévalence n’est pas aussi élevé, la situation commence à alarmer les responsables. En effet, autour de 38 % de la population française sont actuellement myopes. C’est un mal récurrent, touchant particulièrement les jeunes des zones urbaines et sa prévalence ne cesse d’augmenter. Devant cet état de choses, bien que beaucoup soit déjà entrepris, les recherches sur le plan médical ne cessent d’avancer et des techniques de plus en plus modernes et efficaces sont proposées pour y remédier.

Causes et différents niveaux d’importance de la myopie

 La myopie n’est pas une maladie, mais un trouble de la vision ou bien un défaut de la réfraction. Elle se caractérise par une vision nette de près et floue de loin. Autrement dit, plus l’objet est près du myope, mieux il le voit. Inversement, plus il s’en éloigne, plus il le perçoit de façon imprécise. La raison est que le globe oculaire d’un myope est trop long par rapport au normal. Autrement dit, la surface antérieure de la cornée est trop courbée (myopie axile).

Pour un œil normal, l’image d’un objet est toujours focalisée en un point de la rétine et l’objet est perçu net. En revanche, pour un myope elle se situe en un point situé en avant de la rétine pour un objet éloigné et sur la rétine pour un objet proche. La longueur excessive de l’œil le rend optiquement plus puissant que l’œil sans défaut de réfraction.

Sauf si la myopie est congénitale, elle apparaît dès l’enfance entre 6 à 13 ans et ne se stabilise qu’à l’âge de 20 à 28 ans. Une suspicion de myopie à un âge tardif (adulte) pourra être une cataracte débutante. Il faut bien le diagnostiquer.

Mais il y a aussi la myopie maladie ou myopie forte elle débute très précocement, se développe rapidement et ne se stabilise pas à l’âge adulte. La complication de cette myopie peut entraîner le décollement de la rétine, le glaucome, la cataracte, et peut mener même jusqu’à la cécité si aucune mesure n’est prise.

On sait que, l’importance d’un défaut de réfraction est mesurée en dioptries et l’acuité visuelle correspondante en dixième. Par convention, la dioptrie est précédée d’un signe (-) en cas de myopie.

Ainsi, une myopie est faible entre-1 et -3 dioptries, moyenne entre -3 et -6 dioptries et forte à partir de -8 dioptries. La myopie maladie peut atteindre jusqu’à 30 dioptries et même plus.

Myopie : ses origines

La myopie peut découler de différents facteurs, mais la principale origine est l’hérédité. Vient ensuite l’environnement.

La génétique prend un rôle non négligeable dans la transmission de la myopie. Avec un père myope et une mère myope, la probabilité pour que leur enfant soit myope est élevée. Bien que l’explication scientifique à ce phénomène ne soit pas encore explicite, les recherches continuent. Récemment, les spécialistes ont encore découvert de nouveaux gènes qui seraient impliqués dans la transmission de ce défaut de la vision.

Il n’y a pas de doute sur le lien entre la myopie et l’environnement. En d’autres termes, l’environnement et la mode de vie contribuent au développement de la myopie. Nos yeux ont besoin de la lumière naturelle c’est-à-dire de la lumière de soleil pour sa croissance. Le manque de cette lumière naturelle au profit de l’exposition des yeux en période de développement (enfants) à la lumière artificielle constitue une autre cause de la myopie.

Myopie : les facteurs de risque

Par ailleurs, les facteurs favorisant l’apparition ou l’évolution de la myopie sont nombreux. Parmi eux on peut citer :

  • Une lecture précoce ou le fait de déchiffrer des caractères compliqués dès le jeune âge. C’est une des explications possibles de la prévalence élevée de la myopie chez les petits asiatiques.
  • L’action de fixer les yeux sur quelque chose à une distance très rapprochée et trop longtemps (écran électronique, ordinateur, téléphone, jeux vidéo, couture, lecture)
  • L’âge trop jeune de la mère, les années passées pour l’étude et pour le travail, un environnement clos (milieu carcéral).
  • Certaines maladies comme le diabète, l’hypertension artérielle (risque de baisse temporaire de la vision de loin).
  • Une alimentation non équilibrée et la carence en certaines vitamines, etc.

Chez les enfants, les signes de cette anomalie visuelle sont assez perceptibles. En effet, les jeunes enfants ont tendance à froncer les sourcils quand ils regardent loin, à se rapprocher pour voir mieux au tableau. Ils se plaignent souvent de maux de tête et de ne pas voir nettement les objets, a une certaine distance.

En revanche, les myopes semblent favorisés quand il s’agit des travaux de détails et de précision sollicitant la vision de près.

Myopie : prévention et correction

Les yeux des enfants ont besoin de la lumière naturelle pour se développer. En effet, celle-ci contient un neurotransmetteur appelé dopamine, nécessaire à la rétine pour une bonne croissance des yeux. Ainsi dès la naissance à 24 mois, les yeux de bébé sont quotidiennement à la lumière du soleil. C’est le médecin qui détermine la durée d’exposition. Pour les enfants toujours, favoriser les activités en plein et diminuer celles en salles leur seront bénéfiques.

Par ailleurs, l’alimentation doit être riche en vitamine A, D, E. Il est possible de prendre des compléments alimentaires en cas de carence. Les ophtalmologistes recommandent une visite pour un examen de fond d’œil dès le jeune âge. L’idéal est de le faire de façon régulière (une à deux fois par an). Surtout pour les enfants qui ont des parents myopes.

Pour corriger la myopie, on peut opter pour les corrections optiques comme les lunettes et les lentilles de contact ou la chirurgie

Les lunettes et les lentilles de contact

Ce sont des solutions efficaces et accessibles à tous. Que ce soit pour les lunettes ou les lentilles de contact, la conception des verres repose sur le même principe. Ce sont des verres divergents aux bords épais et au centre plus mince. Ce dernier trouve son utilité pour reporter l’image de l’objet lointain vers la rétine. Il existe actuellement des modèles de lunettes très esthétiques. Quant aux lentilles, qui sont plus discrètes que les lunettes, il y a, celles à port journalier et celles à port prolongé.

La chirurgie

Bon nombre de myopes, souhaitant s’échapper aux contraintes des lunettes ou des lentilles, devenus insupportables, optent pour la chirurgie. Parfois aussi, le défaut est important que les solutions optiques ne suffisent plus.

Dans la plupart des cas, il existe des techniques chirurgicales destinées au défaut léger, moyen ou moyennement fort. En revanche, il y a aussi la chirurgie au laser et celles conçues pour les myopies fortes, les implants.

La chirurgie réfractive au laser

La chirurgie réfractive au laser s’adresse à la cornée. Les plus courantes, car les plus éprouvées pour des risques moindres sont la PKR et le Lasik. Le PKR est une technique de surface destinée aux cornées fines et assez irrégulière et surtout au défaut léger. En revanche, le Lasik est une technique intervenant en profondeur de la cornée. Dans les deux cas, c’est le laser excimer qui réalise la correction. Il s’agit d’un remodelage de la surface de la cornée en son centre afin de la rendre plus plate.

Les implants

La pose d’implant est une chirurgie réfractive s’adressant au cristallin. C’est une option quand le défaut n’est pas accessible au laser. Le recours à l’implant s’impose également quand le défaut est trop important ou le sujet ne remplit pas les conditions requises par le lasik. Cette chirurgie consiste à placer un implant (lentille intraoculaire) pour suppléer au cristallin n’arrivant plus à assumer son rôle. Soit en laissant le cristallin en place soit en l’enlevant tout simplement.

Fermer le menu