La cataracte et son traitement

On estime que dans le monde, la première cause de cécité est la cataracte. Sauf pour des cas particuliers, cette maladie oculaire est pratiquement liée à l’âge. En effet, en France, elle touche près de 20 % de personnes âgées de plus de 65 ans, plus de 33 % de celles âgées de plus de75 ans et plus de 66 % pour celles âgées de plus de 85 ans. C’est dire qu’avec l’augmentation de l’espérance de vie qu’on assiste actuellement en France, la cataracte constitue un problème de santé publique. Heureusement que, contrairement à la presbytie, un trouble oculaire lié également à l’âge et le glaucome, une autre maladie oculaire, on peut rendre sa vision normale, à une personne atteinte de cataracte grâce à la chirurgie.

À ce propos, chaque année, près de 500 mille Français se font opérer de la cataracte pour recouvrer leur vue. Cependant, il est bien de noter que la chirurgie de la cataracte est pratiquée aujourd’hui sur des sujets moins âgés, qui veulent redonner une jeunesse à leurs yeux et ainsi n’avoir plus recours ni aux lunettes ni aux lentilles. Enfin puisqu’on a parlé de la presbytie, elle ne se corrige en général qu’avec des lunettes alors que pour le glaucome, la chirurgie ne fait que stopper l’évolution sans donner la possibilité de récupérer l’acuité visuelle perdue.

Le cristallin et la cataracte

Le cristallin

Avec la cornée et la rétine, le cristallin joue des rôles prioritaires dans le système de la vision. Situé entre les deux et derrière la pupille, le cristallin par sa double qualité, dont la transparence et l’élasticité, a pour mission de rendre nette l’image projetée sur la rétine. Pour y arriver, le cristallin utilise sa forme biconvexe dont la courbure peut varier grâce aux muscles ciliaires qui l’entourent. Ainsi quand on regarde les objets éloignés il devient plus plat, par contre pour les objets proches, il devient plus bombé : c’est le phénomène d’accommodation. Par ailleurs, le cristallin est alimenté (nutriments) par l’humeur aqueuse, n’étant pas irrigué de vaisseaux sanguins. Normalement pour un cristallin, la membrane élastique et transparente entoure le noyau formé de fibres de protéines.

La cataracte

Quand le cristallin perd sa transparence pour devenir opaque et changer progressivement de couleur allant de brune au noire ou même blanche, la lumière atteint difficilement la rétine voire ne plus passer si on arrive au stade tardif. La vue est brouillée et baisse progressivement pour se perdre totalement si on ne réagit pas. Cette maladie des yeux, c’est la cataracte (terme venant du mot chute d’eau, qui se trouve devant les yeux quand on regarde). Elle affecte toujours un œil beaucoup plus que l’autre. Les causes sont multiples, mais la principale est l’âge.

À noter que quand le cristallin perd son élasticité, toujours avec l’âge, la vision de près est affectée : c’est la presbytie.

Les origines, les causes, les facteurs de risques et la classification de la cataracte

La cataracte est donc une maladie de la vision se traduisant par la difficulté voire l’impossibilité de la lumière réfractée par la cornée d’atteindre la rétine, car le cristallin devient opaque. Dans la majorité des cas, cette opacification du cristallin se forme progressivement avec l’âge. Elle découle du changement de la structure du cristallin lui-même dû à l’altération des protéines du noyau. La cataracte donne le plus souvent les signes révélateurs à partir de 60 ans, mais peut le faire beaucoup plus tôt.

Rarement, chez l’enfant la cataracte peut apparaître à la naissance. Dans de tels cas, elle est soit liée à certaine maladie congénitale, soit transmise par voie fœtale par une mère atteinte pendant sa grossesse par des maladies infectieuses telles que la syphilis, la toxoplasmose, etc., et aussi la rubéole.

Les maladies de l’œil comme le décollement de la rétine, le glaucome et surtout la myopie forte, le diabète non stabilisé, l’exposition de longue durée à une radiation de doses élevées, la prise prolongée de certains médicaments comme les corticoïdes, sont entre autres des facteurs de risques d’apparition et de développement de la cataracte chez un sujet. Les myopes forts présentent souvent, les signes de la cataracte à un âge peu avancé.

Les traumatismes subis par l’œil, en général de façon accidentelle, à l’exemple de coups dont la blessure provoquée peut atteindre le cristallin, de brûlures dues à une très forte chaleur ou une émanation chimique, etc., sont également des facteurs favorisants la cataracte.

Ces différents facteurs de risques et causes de la cataracte amènent à la classer en 4 catégories, à savoir :

  • La cataracte sénile quand elle est liée à l’âge.
  • La pathologie infantile
  • La maladie secondaire, celle faisant suite à des pathologies, telle que la myopie.
  • La cataracte traumatique.

Les symptômes et l’évolution de la cataracte

De par l’opacification progressive du cristallin, la cataracte se manifeste par une vision qui baisse de plus en plus. Plus précisément, le sujet semble regarder à travers du brouillard, il arrive de moins en moins à différencier les couleurs, il devient sujet à des éblouissements en présence de lumière intense. Quand l’opacification devient complète, car aucun traitement n’est en cours, les yeux ne peuvent plus rien distinguer, même de la lumière. À noter cependant que la cataracte sénile est asymétrique (le niveau d’aggravation n’est pas le même pour les deux yeux). Toujours pour la cataracte sénile, il est à noter qu’il semble que les aliments à base de fruits et de légumes freinent l’évolution de la cataracte

La cataracte évolue normalement pendant plusieurs années. Toutefois, la baisse de la vision, signe caractéristique de la cataracte, peut se passer quelquefois, en quelques mois seulement. La couleur grise et surtout blanche (laiteuse) signifie que la cataracte est à un stade, plus qu’avancé.

Les traitements de la cataracte

Une des plus pratiquées en France, l’opération de la cataracte permet à la personne atteinte, quel que soit le degré d’opacification, de recouvrer une vue presque normale. La chirurgie est par ailleurs la seule option pour traiter la cataracte.

L’opération de la cataracte

Le but de la chirurgie de la cataracte est d’enlever le cristallin plus ou moins perdu et de mettre à la place un nouveau, fabriqué artificiellement, autrement dit un implant.

Après avoir mis l’œil du patient sous anesthésie locale, le chirurgien pratique dans le globe oculaire une incision de 3 mm environ par laquelle une sonde à ultrasons pénètre. C’est de cette façon que le cristallin naturel subit une décomposition pour être ensuite aspiré vers l’extérieur. Cela se fait en quelques minutes. Après, l’implant suffisamment souple s’introduit par l’intermédiaire de l’incision et se place dans la partie vidée. L’opération qui dure autour de 25 min s’achève ainsi. Le patient peut rentrer chez lui le jour même ou tout au plus le lendemain.

Les manifestations post opératoires et les précautions à prendre

À la suite de l’intervention qui est sans douleur, le patient récupère rapidement. En effet, bon nombre de personnes opérées de la cataracte parviennent à reprendre une vie presque normale, le jour suivant l’opération.

Toutefois, ménager les yeux des efforts intenses et éviter qu’ils subissent des chocs sont préférables.

Enfin, pour éviter tout risque de décollement de la cataracte, un contrôle annuel s’impose.

L’importance de l’examen préopératoire

Avant toute opération, le rendez-vous avec le chirurgien chargé de l’intervention chirurgicale sur la cataracte est essentiel. En effet, c’est à ce moment qu’il contrôle la santé des yeux pour savoir si l’œil est opérable ou non. Il vérifie également si c’est effectivement la cataracte qui est la cause de la baisse de l’acuité visuelle. Une fois ces vérifications faites, se basant sur les conditions présentées par l’œil, il fabrique l’implant qui convient le plus au patient.

L’opération de la cataracte et la myopie

La myopie forte peut faire l’objet d’une correction par l’opération de la cataracte grâce à la pose de l’implant, faite sur-mesure. L’opération peut donc se faire bien avant le stade avancé atteint par la cataracte. En effet après la chirurgie le grand myope peut retrouver une bonne vision et vivre plus confortablement, car le port de lunettes ou de lentilles ne sera plus nécessaire. Toutefois, le risque qui s’avère peu important par rapport au handicap dû à la myopie forte, c’est l’apparition précoce de la presbytie. Et même à ce problème une solution est désormais possible (lentille multifocale).

Néanmoins, cette opération peut favoriser le décollement de la rétine, ce qui explique le contrôle rétinien chaque année. Par ailleurs, la détérioration de la rétine, en particulier le macula, accompagnant la forte myopie, constitue quelquefois un facteur pouvant entraver la réussite de l’opération.

Fermer le menu