La correction et le traitement de la presbytie, en pleine évolution

 Actuellement, la presbytie est la marque de l’âge à laquelle personne ne peut se soustraire à partir de la quarantaine, âge où elle est encore en état de faire naître de nouveaux presbytes qui viennent chaque année grossir le rang en quête de traitement. Or, les pays développés comme la France a le nombre de presbytes élevé étant à population vielle à cause de l’amélioration des condition s de vie et une meilleure prise en charge médicale. De plus, les activités de la société actuelle sollicitent beaucoup la vue de près (ordinateur, tablette, androïde, travail de précision, etc.) alors que c’est justement cette vision que la presbytie affecte.

Toutes ces situations ont donc renforcé la prise de conscience de l’importance de la correction et du traitement de ce trouble naturel. C’est ainsi que, ce dernier siècle a fait l’objet de nombreuses innovations aussi bien pour la correction (lunettes et lentilles de contact) que la chirurgie, ne faisant pas intervenir uniquement le laser. À propos de la chirurgie, l’ultrason s’est avéré une technique moderne qui, associée au laser, le tout guidé par imagerie, assure des résultats plus que satisfaisants et permet des traitements personnalisés. Enfin, bien que les lunettes et les lentilles corrigent efficacement la presbytie, de plus en plus de presbytes optent pour la chirurgie et sont même obligés d’y recourir, car à l’âge où apparaît ce trouble de la vue, d’autres anomalies visuelles affectent probablement déjà les yeux.

Autour de la presbytie

La presbytie est un trouble venant naturellement avec l’âge et touche principalement la vision de près. En effet, comme tout organe vivant du corps humain, le cristallin qui a pour rôle de mettre au point sur la rétine l’image d’un objet par l’accommodation, vieillit aussi. Les muscles ciliaires prévus pour assurer le changement de la courbure du cristallin en fonction de la distance où se trouve l’objet n’arrivent plus à assumer correctement cette mission d’autant plus qu’avec le temps le cristallin devient moins souple et se rétrécit. Le relâchement des muscles permettant l’aplatissement du cristallin ne souffre pratiquement pas de problème, ce qui explique la bonne vision de loin.

La presbytie évolue progressivement à partir de son apparition entre 40 et 45 ans et sa stabilisation entre 60 et 65 ans. La baisse de la vision qui s’en accompagne se manifeste par la difficulté d’écrire sans améliorer l’éclairage ou de lire des petits caractères sans allonger les bras tenant le manuscrit. Si la personne ne se décide pas à porter des lunettes ou des lentilles de contact.appropriées pour compenser le déficit de la puissance optique, des maux de tête, de la fatigue visuelle, peuvent survenir.

Autour de l’évolution de la correction : lunettes et lentilles

Les lunettes et les lentilles sont encore les moyens les plus utilisés pour corriger la presbytie. Par ailleurs, les intervenants dans le domaine (fabricants et opticiens) rivalisent d’ingéniosité pour les rendre plus performants, plus confortables et plus esthétiques à partir de l’ordonnance du médecin.

Les lunettes de vues pour le traitement de la presbytie

Les loupes qui sont peu esthétiques et les lunettes à verres bifocaux ou à doubles foyers qui sont peu pratiques existent toujours, mais laissent de plus en plus de place aux trois types de lunettes qui sont :

  • Les lunettes de proximité avec la version demi-lune, plus pratique, sont à verre unifocaux. Elles permettent une bonne vision pour une distance ne dépassant pas 50 cm, donc pour faire aisément des travaux de précision, de la lecture, de la couture, etc.
  • Les lunettes mi-distance pour voir nettement jusqu’à 2 m et qui sont à verres unifocaux également. On s’en sert pour les travaux sur ordinateur, pour le bricolage, pour faire la cuisine, etc.

Ces deux types de lunettes sont à enlever ou à changer par d’autres pour la vision à une distance dépassant celles mentionnées plus haut.

  • Les lunettes à verres progressifs qui sont les plus prisées, car elles permettent de voir nettement, quelle que soit la distance. Ainsi, le changement de paires de lunettes n’est plus nécessaire. De plus, elles assurent un confort de vision avérée contrairement aux lunettes à double foyer.

La correction apportée par les lunettes en cas de presbytie est à ajouter à celles des troubles qui peuvent déjà exister.

Les lentilles de contact

Les femmes surtout, les sportifs également et bien entendu ceux qui les ont déjà portées préfèrent les lentilles aux lunettes quand ils deviennent presbytes. En effet, ce sont des  solutions optiques non seulement esthétiques, car discrètes, mais également peu encombrantes.

Comme pour les lunettes, les lentilles à verres progressifs sont les plus récentes et les plus satisfaisantes, car elles sont conçues pour voir net pour toutes les distances. Elles nécessitent cependant une période d’adaptation.

Moins prisées, les versions plus anciennes sont toujours d’usage. Il s’agit des lentilles unifocales, utilisées en monovision et des lentilles bifocales pour lesquelles la rétine reçoit en même temps les images des objets vus de près et de loin. Le cerveau trie ensuite les images pour ne garder que la meilleure.

Autour de l’évolution de la chirurgie de la presbytie

La chirurgie des yeux, notamment de la presbytie, a beaucoup plus

évolué en 40 ans qu’au cours de tout un siècle où les premières théories ont été avancées (en 1896).

Historique succinct de la chirurgie des yeux pour le traitement de la presbytie

Si les premières incisions de la cornée ont commencé en 1936, reprises en 1960, c’est surtout pendant les années 70 que la technique s’est beaucoup développée pour être très efficace. En effet, c’est en 1975 que le procédé très peu agressif, remplaçant les larges incisions par des plus réduites (2 à 3 mm) pour pouvoir intervenir sur le cristallin, a vu le jour. En même temps, la technique de l’ultrason, aspirant les fragments de cristallin, est introduite.

Le remodelage de la cornée et la naissance du laser ont été un grand bond en avant de la chirurgie réfractive marquant toujours cette période. Le laser excimer est découvert en 1970, mais ses propriétés n’ont pas été déterminées avec précision qu’en 1981. Le premier traitement au laser excimer (PKR), marquant la chirurgie réfractive moderne, s’est fait en 1987. À partir de là, les innovations se succèdent : le presbylasyk et la Monovision commencent en 1990, le laser femtomsecode, développé en 2004, la mise au point de l’Isovision en 2008 couronnes le tout. Cette dernière technologie donne la possibilité de traiter par une même opération au laser, la myopie, l’astigmatisme, l’hypermétropie et la presbytie. Par la suite, de nombreuses techniques ont été inventées ou améliorant celles qui existent déjà.

Pour avoir une idée plus précise des avancées technologiques dans le domaine, il s’avère intéressant de parler d’une technique récente qui est le « Supracor », le seul à bénéficier pour le moment de l’agrément CE.

Le Supracor

Le Supracor, en remodelant la cornée dans sa partie centrale, avec du laser à 100 %, est un traitement en pleine évolution du Presbylasik. Il ne favorise pas un seul œil, mais traite les deux pour la vision de près et de loin de la même façon. Ce qui diminue grandement la durée du temps d’adaptation. Il est applicable au sujet ayant une cornée fine et l’utilisation de l’Eye-Tracker au cours de l’opération assure à la fois une sécurité et des résultats, optimisés.

L’ultrason et le laser en traitement de la presbytie

L’ultrason et surtout le laser sont devenus des dispositifs incontournables pour la chirurgie moderne des yeux et méritent qu’on en parle un peu.

  • Le laser n’est autre qu’un rayonnement comme la lumière du soleil sauf qu’il est produit par stimulation alors que l’autre est produit spontanément. Ce qui lui apporte deux particularités : sa cohérence, lui permettant de se focaliser en un point et la grande puissance qui l’accompagne en un temps ultra bref.
  • L’ultrason, très utilisé, depuis en chirurgie esthétique, est un son (onde) de haute fréquence que l’oreille humaine ne perçoit pas. Sa particularité est d’être très puissante et de rebondir en touchant un obstacle, particulièrement ce qu’on ne peut pas atteindre
Fermer le menu