Si la myopie est une pathologie très répandue dans certains pays du sud, la presbytie quant à elle est une marque inéluctable de l’âge pouvant faire l’objet d’une correction. Cependant, elle est à taux plus élevé chez les Occidentaux ou les pays à population âgée. Pour tout le monde, elle commence alors que la personne est encore en plein âge actif. En effet, tout individu dépassant la quarantaine éprouve de plus en  plus de difficultés pour la lecture des petits caractères sans que l’éclairage habituel ne soit amélioré. En revanche, sa vision de loin reste bonne. Il est alors presbyte. Cette baisse de la vision va en progressant jusqu’à une stabilisation vers 65 ans.

Ainsi, si à la myopie est associée à toute une diversité de corrections et de traitements modernes et très performants, utilisant particulièrement le laser, la presbytie n’est pas en reste. Même si le traitement de la presbytie n’a fait l’objet de recherches nombreuses et approfondies que depuis quelques années, elles ont déjà abouti à des techniques variées, modernes et de haute technologie. Par ailleurs, la chirurgie de la presbytie ne s’axe pas uniquement autour du laser.

Le laser : principe de base, différents types utilisés en chirurgie des yeux

Le laser (light amplification by stimulated emission of radiation) a pour principe de base l’émission de radiation à partir de la stimulation de matière (s) contenue (s) dans un tube ou une cavité aux extrémités desquelles se trouvent des miroirs opaques et semi-transparents (par ce dernier sort le laser). La matière ou les matières se trouvant dans la cavité sont choisies suivant la longueur d’onde qu’on souhaite obtenir. Dans le cas de laser utilisé en chirurgie des yeux, les matières utilisées sont en général un mélange de gaz ou des solides. Sous l’énergie du courant électrique ou du flash lumineux, les électrons libèrent des photons d’énergie ayant les mêmes longueurs d’onde. Ceux-ci en se réfléchissant aux miroirs rendent le tube résonant, ce qui amplifie progressivement le milieu jusqu’à l’obtention d’un faisceau suffisamment puissant pour traverser le miroir. C’est le rayon laser, qui est à la fois monochromatique et cohérent.

  • Le rayon laser, malgré la puissance de l’énergie qui l’accompagne, ne provoque pas de brûlures, on dit que c’est un rayon froid. En chirurgie des yeux, on utilise généralement trois types de laser :
  • Le laser excimer (excimer est la contraction de dimère excité). Le dimère utilisé pour l’obtention du laser excimer est l’Argon et le fluor. La radiation obtenue, autrement dit le laser excimer, émet dans l’UV avec une longueur d’onde de 193 nm.
  • Le laser femtoseconde (femtoseconde signifie ultra brève). C’est un laser à solide (cristal) à impulsion ultra brève, fonctionnant dans l’infrarouge avec une longueur d’onde de 1 053 nm
  • Le laser Yag (Yag ou Yttrium Aluminium Garnet) est un laser à solide (cristal) fonctionnant également dans l’infrarouge à une longueur d’onde de 1 064 nm.

La correction de la presbytie avec des lunettes et des lentilles

Les lunettes et les lentilles de contact à verres convergents corrigent les défauts de vision dus à la presbytie. Les modèles actuels deviennent de plus en plus performantes et esthétiques si on est prêt à y mettre le prix. Les accessoires de presbytes sont à changer tous les deux à trois ans.

À propos de lunettes à verres correcteurs, il y a celles:

  • À verres unifocaux, autrement dit des verres à un seul foyer. Ce sont des verres qui permettent de voir et de lire à travers toutes leur surface à une distance bien définie, d’environ 40 cm. Pour voir plus loin, il est nécessaire de les enlever. Bien qu’on puisse les acquérir à des prix peu élevés, ces verres manquent de praticité. Ils conviennent pour un usage ponctuel. De plus, ils ne peuvent pas corriger simultanément les autres défauts visuels relevant de la presbytie, à l’exemple de l’astigmatisme.
  • À verres bifocaux ou à doubles foyers. Contrairement aux verres unifocaux, ils assurent une bonne vision aussi bien de près que de loin. Toutefois, ils sont inconfortables et de nombreuses personnes s’y adaptent mal, étant donné que la partie du verre se trouvant en haut destinée à la vision de loin, se démarque nettement de celle d’en bas destinée à la vision de près.
  • À verres progressifs, les plus confortables quant à l’utilisation et également, les plus performants quant à la puissance optique. En effet, le verre permet de voir de près et de loin de façon progressive et sans rupture.

Quant aux lentilles de contact, actuellement à verres progressifs pour la plupart, elles sont performantes. Néanmoins, elles sont parfois difficiles à utiliser et peuvent être incompatibles pour certaines personnes dont les larmes se raréfient de façon significative avec l’âge.

Les traitements de la presbytie avec la chirurgie pour sa correction

Bien que les lunettes et les lentilles de contact permettent de compenser le défaut visuel dû à la presbytie en augmentant la puissance optique de l’œil, d’assez nombreuses personnes optent ou parfois doivent avoir recours à la chirurgie. En effet, elles ne veulent pas dépendre de lunettes ou de lentilles ou elles ne les supportent pas ou les autres troubles associés à la presbytie l’exigent. De plus, à la longue, les dépenses nécessaires à l’achat tous les 2 ans de lunettes ou de lentilles qui sont à remplacer pour de plus performantes et plus onéreuses reviennent parfois plus chères que les dépenses à payer en une seule fois en chirurgie.

Par ailleurs, depuis quelques années, l’évolution des techniques chirurgicales destinées aux troubles visuels, dont la presbytie, offre de nombreuses options adaptées aussi bien au (x) trouble (s) qu’au budget de chacun. Le traitement de la presbytie se base sur plusieurs principes comme la chirurgie réfractive (remodelage de la cornée, induisant la multifocalité), le changement du cristallin (implant utilisant également la multifocalité), la monovision (pratique ancienne, mais toujours d’usage grâce à sa simplicité et son prix peu élevé).

Parmi les techniques modernes, on peut citer:

  • La presby-lasik dont la version la plus récente et la plus moderne est le supracor.
  • L’implant multifocal.
  • L’intracor.
  • L’inlay-kamra.

À noter que la technique d’ultrasons permet actuellement de réaliser l’implant de façon sûre et rapide.

 

Les derniers articles

Fermer le menu