La fatigue visuelle due aux activités prolongées sur écrans

La fatigue visuelle des adultes est dans la majorité des cas due aux activités d’une longue période sur écran. C’est d’ailleurs devenu un mal du siècle et le lot de nombreux bureaucrates, à tel point que les gens ayant une bonne vision sont aussi parfois concernés. Ils ressentent alors des maux de têtes, ont une vision floue assortis d’une fatigue oculaire. Devant les nouvelles inventions hautement technologiques, nous avons tendance à nous en accaparer et à en user de façon excessive et parfois sans en appréhender les effets secondaires. Or, l’usage à longue durée et sans interruption des appareils à écrans (ordinateurs, tablettes, jeux vidéo, télévision, etc.) ont des effets néfastes sur nos yeux. Bien que ces appareils soient actuellement accusés d’être la cause de nombreuses maladies et troubles visuels, le problème réel venant d’eux pouvant impacter sur la santé des yeux et évoquée fréquemment reste la fatigue visuelle.

En effet, d’après les statistiques, plus de 61 % des Français, grands utilisateurs de ces appareils et consultant leur ophtalmologue, sont concernées par ce problème oculaire. Ainsi, en toute connaissance de cause, en dehors de la fatigue visuelle les spécialistes affirment que l’écran en soi n’entraine ni des maladies ni de troubles oculaires, mais il contribue grandement à révéler celles qui sont déjà présentes sans qu’on sache l’existence, à l’exemple de l’hypermétropie. Par ailleurs, bien que la fatigue visuelle soit bénigne, il ne faut pas la négliger, ne serait-ce que pour ce qu’on vient de dire précédemment, mais aussi pour ne pas diminuer la performance et la productivité dans le cas des travailleurs sur écrans. En effet, l’effet cumulatif peut devenir handicapant ou entrainer des complications.

Fatigue oculaire : signification, causes et facteurs favorisant son apparition

La fatigue visuelle ou asthénopie n’est autre que la fatigue des muscles du globe oculaire, épuisés par l’effort qu’ils doivent fournir pour permettre aux yeux de voir de près. Elle se ressent surtout en fin de journée, après une longue période passée devant l’écran, un travail nécessitant une vision rapprochée et prolongée à cause de la finesse à assurer ou les détails à discerner à l’exemple de la couture, la lecture des petits caractères, etc.

En effet, la vision de près, demande au cristallin d’augmenter la courbure de sa surface pour qu’à chaque fois l’image de l’objet regardé se projette en un point de la rétine (accommodation). Dans les situations et les conditions citées ci-dessus, il y a accumulation des efforts requis ce qui rend l’effet plus ou moins intense ressenti pour la fatigue visuelle.

Par ailleurs, l’installation de la fatigue visuelle est favorisée, voire aggravée par certains facteurs. Il peut s’agir :

  • De l’éclairage non adapté, car insuffisant (cas de lecture ou conduite de véhicule) ou assez intense (luminosité de l’écran).
  • De l’âge, car il y a diminution du pouvoir accommodatif quand le cristallin vieillit.
  • D’un manque de sommeil et même de la prise de certains médicaments.
  • Certaines déficiences visuelles, comme l’hypermétropie, l’astigmatisme, l’amblyopie, etc. qui constituent des facteurs aggravants.

Fatigue visuelle et sécheresse oculaire : symptômes

Concernant l’écran, le plus reconnu pour provoquer la fatigue visuelle, celle-ci commence à être ressentie après un travail de quatre heures sans interruption et de concentration intense. On la reconnait à partir de quelques signes dont :

  • Une douleur et une rougeur des yeux.
  • Des irritations et des démangeaisons accompagnées de larmoiements.
  • De sensation des yeux secs de l’inconfort et de la lourdeur au niveau des paupières.
  • Des brûlures et des picotements.
  • De la difficulté de concentration.
  • Des céphalées intenses avec vertige dans les cas graves.

La sécheresse oculaire accompagne presque toujours la fatigue visuelle due au travail prolongé sur écran. Ce n’est autre que la déshydratation de la cornée à cause de manque du renouvellement du liquide lacrymal. Celui-ci a pour rôles de la nourrir, de l’oxygéner pour qu’elle puisse garder sa transparence. Ses symptômes se confondent avec ceux de la fatigue visuelle. La sécheresse oculaire s’explique par les faits qui s’entrainent successivement et qui sont :

  • La fixité du regard sur l’écran.
  • La diminution de clignement des yeux.
  • Une mal répartition du liquide lacrymal qui s’évapore facilement.

Fatigue visuelle dû à l’écran : quelques conseils pour l’éviter

On peut éviter, atténuer et faire disparaitre la fatigue visuelle en s’habituant à quelques bonnes pratiques. L’objectif consiste alors à hydrater autant que possible la cornée, à relaxer et à soulager les muscles oculaires, à aider le sang à circuler facilement. Par ailleurs, les conditions permettant de travailler le plus confortablement possible dans une position ergonomique doivent être réunies (distance œil-écran, place de l’écran par rapport aux yeux, luminosité et contraste, lumière et atmosphère ambiantes, etc.).

Les bonnes attitudes allant dans ce sens sont nombreuses, en voici quelques-unes :

  • Faire une pause minimum de 5 minutes toutes les heures et de regarder au loin. Pendant celle-ci, le mieux est de quitter le poste de travail et aller à la fenêtre.
  • Veiller à cligner périodiquement les yeux. La fréquence requise est autour de 16 cillements toutes les minutes.
  • Se concentrer sur autre objet pendant plusieurs minutes.
  • Bâiller fréquemment.
  • Boire abondamment.
  • Rafraîchir les coins de l’œil avec de l’eau fraîche ou en cas de travail intense et continu, utiliser du collyre prévu à cet effet.
  • Utiliser également des lunettes appropriées.
  • Faire faire des exercices aux yeux et au corps comme, ouvrir puis fermer les yeux avec lenteur regarder successivement vers la gauche puis vers la droite, vers le haut puis vers le bas, les yeux ouverts puis fermés. Balancer le corps de la même façon sans quitter la chaise afin de ne pas garder une position statique trop longtemps. Ces exercices sont à répéter plusieurs fois au cours de la séance de travail.
  •  Respecter une distance œil-écran entre 50 cm et 70 cm, le bord haut de l’écran à la hauteur des yeux, une luminosité et un contraste adaptés aux caractères à lire, l’éclairage du poste de travail ne devant pas entraîner de reflets allant de l’écran vers les yeux, etc.

Fatigue visuelle due à l’écran : les précautions à prendre

La consultation périodique (tous les deux ans) ou dès l’apparition de gênes chez l’ophtalmologue doit constituer une priorité. Il est le seul à pouvoir prescrire le traitement approprié comme, les larmes artificielles pour la sécheresse oculaire, des gouttes ou des pommades ophtalmiques pour les autres sensations incommodantes ou douloureuses. À tout cela doit s’accompagner une alimentation saine et équilibrée à compléter par des vitamines ou des compléments alimentaires en cas de carence.

Fermer le menu