L’essentiel à savoir sur les corps flottants
44430461 - male right green eye extreme closeup. oculist and perfect vision concept

Des corps flottants peuvent gêner la vision, mais ne peuvent ni être corrigés, encore moins être traités. Ces derniers se trouvent et se forment sur le corps vitré de l’œil. Cependant, beaucoup de problèmes peuvent arriver aux yeux. À ce propos, on peut citer les troubles visuels, comme la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme, etc. À chacun d’eux, on a pu diagnostiquer l’origine, les causes, les symptômes, les facteurs de risque. Pour certains d’entre eux, la prévention est même chose faisable. Grâce à l’évolution technologique apportée dans le domaine, pour tous les défauts oculaires ci-citées, la correction, l’arrêt de l’évolution et même la possibilité d’une amélioration de la vision après traitement, sont devenues des réalités. Il y a également les maladies oculaires, qu’on peut diagnostiquer et traiter.

Les origines des corps flottants

Le corps vitré

Il est rempli d’humeur vitrée, appelée simplement le vitré ou la vitrée, situé entre l’iris-cristallin et la rétine, compose les 80 % du globe oculaire. Il est formé par de la matière transparente, gélatineuse, plus ou moins homogène (humeur vitrée) et est parcouru par de nombreux vaisseaux sanguins. En tant qu’organe, le vitré vieillit et se modifie avec le temps. Le phénomène de vieillissement se traduit par un vitré qui perd petit à petit sa texture gélatineuse pour devenir de plus en plus liquide.

Le vieillissement et le corps flottant

Au cours du processus de vieillissement du vitré donc de la liquéfaction de l’humeur aqueuse, il se forme des amas de matières (résidus gélatineux) de formes et de grosseurs différentes. Ce sont les corps flottants appelés couramment « mouches volantes » et scientifiquement « myodésopsies ».

Le vieillissement peut également entraîner le détachement du vitré de la rétine. Ce cas favorise également l’apparition des corps flottants (de forme circulaire et de grosse taille).

Ainsi, pour dans la majorité des cas, la formation de corps flottants, n’est pas liée ni à une anatomie particulière de l’œil ni à la lumière extérieure qu’il reçoit, mais au vieillissement de l’organe oculaire. Dans ces cas, les plus courants, les corps flottants apparaissent vers la cinquantaine.

La myopie et les corps flottants

Les myopes qui ont un globe oculaire anormal et plus long que le normal, ont par conséquent l’œil plus fragile, une rétine soumise à une plus grande tension, au vitré à la structure peu homogène. Cette situation favorise la modification des structures internes de l’œil entrainant la formation précoce des corps flottants et dans des cas plus graves des déchirures et du décollement de la rétine. Par ailleurs, les corps flottants formant une ombre sur la rétine gênent beaucoup plus les myopes que les personnes à l’œil sain.

Autres cas

Un œil opéré de la cataracte, l’état diabétique, un traumatisme oculaire sont entre autres des terrains favorables à l’apparition des corps flottants.

Perception des corps flottants, signes précurseurs et symptômes

Les corps flottants sont des taches de couleurs sombres, noires ou grises. L’œil les perçoit sous différentes formes : des fils, des successions des points, des cercles, des toiles d’araignée, etc. De grosseur variable, ils voltigent, se déplacent en changeant de forme, dans le champ visuel, à chaque déplacement du regard. C’est ainsi qu’ils gênent la vision surtout chez les myopes, pour lesquels l’image reportée sur la rétine est de plus grande taille.

Même si les corps flottants existent déjà, ils sont plus visibles quand on regarde un fond clair et uni. Ils sont plus fréquents après une fatigue visuelle (la fatigue ne cause pas leur apparition, mais favorise leur perception).

Quand les corps flottants font suite à la déchirure de rétine, ils peuvent s’accompagner des éclairs.

Attitudes à prendre devant l’apparition des corps flottants

Les corps flottants sont souvent sans gravité, mais la gêne qu’ils apportent sur la vision rend la personne anxieuse et stressée. Quelquefois, il suffit d’un mouvement de l’œil pour le déplacer un peu en dehors de l’axe de la vision. Parfois, ils sont assez significatifs pour incommoder la conduite, la lecture, le travail sur écran, etc.

L’adaptation à l’existence de ces éléments étrangers, incommodant la vision, dépend de l’état psychologique de la personne, autrement dit de son cerveau. En effet, arriver à les ignorer constitue la seule façon de vivre avec, et dans ce cas, selon certaines personnes, on ne le voit presque plus. Le temps y est aussi pour quelque chose. En plus de permettre à s’habituer à la présence des corps flottants, avec le temps, il se peut parfois, que ces derniers se résorbent naturellement ou qu’une partie se dépose et se solidifie en bas du vitré pour devenir invisible.

Comme la vitrée a besoin d’être hydratée en permanence, boire abondamment permet d’atténuer le développement des corps flottants, particulièrement quand l’âge avance. Toujours dans l’optique de ménager la vitrée, certains médecins recommandent des compléments alimentaires pour l’aider à améliorer sa structure (l’efficacité n’a pas encore été prouvée scientifiquement)

Dans tous les cas, le fait d’agir sur les corps flottants dans le but de les traiter, représente un trop grand risque pour la rétine (hémorragie ou décollement) ou pour le cristallin (apparition de cataracte). C’est pourquoi on ne traite pas les corps flottants sauf peut-être dans des cas extrêmes.

Dans le cas d’une apparition brusque suivie de flash lumineux, il est important de consulter immédiatement un ophtalmologiste.

À noter que la chirurgie réfractive ne constitue pas une cause d’apparition ou un facteur d’aggravation ou d’augmentation de nombre, de ces éléments perturbateurs. Il en est de même des maladies oculaires.

Cas particuliers

Pour la raison évoquée précédemment, les médecins français ne traitent les corps flottants que dans les cas où ceux-ci rendent la personne concernée, presque invalide et que :

  • La personne a déjà subi une opération de la cataracte.
  • Les corps flottants se trouvent dans une zone jugée par les spécialistes, suffisamment loin du cristallin et surtout de la rétine et qu’ils soient peu fibreux et peu nombreux.

Dans ces conditions, qui s’avèrent rares, deux techniques sont d’usage :

  • Le laser Yag ayant pour but, le fractionnement de corps flottant, leur absorption et si possible leur disparition.
  • La vitrectomie se faisant sous anesthésie générale, vise l’aspiration des ces corps après les avoir découpés. Elle comporte toutefois de graves risques d’infections, de cataracte, de décollement rétinien, etc.

À noter qu’aux États-Unis ces deux traitements se pratiquent assez fréquemment pour les traiter.

Fermer le menu