Les problèmes de vision liés à la vieillesse

Les problèmes de la vision prennent une nouvelle dimension avec la vieillesse. C’est aux alentours des 40, 50 ans. Avec l’âge, les yeux vieillissent. Malgré cela, il n’est pas impossible de garder bon pied, bon œil. En tant qu’organe, l’œil vieillit, ce qui explique la diminution de la capacité visuelle d’une personne quand son âge avancé. Ce fait se traduit par une baisse progressive de la vision de près d’abord, de celle de loin plus tard : c’est la presbytie. Tout le monde ne peut y échapper autour de 45 ans. Le vieillissement de l’œil peut également se dégénérer en différentes pathologies comme la cataracte, le glaucome, la DMLA, etc. Par ailleurs, l’œil devient encore plus vulnérable s’il est affecté des troubles oculaires (isolé ou mixte) comme la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme depuis la naissance ou qui sont apparus à l’adolescence et même à l’âge adulte.

Les gênes visuelles que ces derniers génèrent viennent alors s’ajouter à celles de la presbytie. Cette vulnérabilité est encore accrue chez les personnes dont l’état est fragilisé par des maladies comme le diabète. Toujours, pour la presbytie, un ensemble de symptômes augmentant d’importance d’année en année, indique que la presbytie soit bel et bien installée. Il est alors temps de se décider à se soumettre à des tests de la vision chez l’ophtalmologiste pour déterminer les types de corrections à adopter, mais aussi pour détecter à temps les maladies oculaires pouvant commencer à toucher l’œil.

La vision chez l’homme

Un objet est vu par l’œil si les rayons lumineux qu’il réfléchit, arrivent en un point de la rétine comportant des photorécepteurs,  après leur entrée par la cornée puis leur passage par la pupille et ensuite le cristallin. Cette focalisation est possible grâce à la vergence du couple cornée/cristallin qui est, tous les deux, de sorte de lentilles, et le passage de la lumière, grâce à la transparence des milieux traversés. Le problème de distance où se trouve l’objet est régulé par le caractère élastique du cristallin qui lui permet de bomber un peu plus ses faces quand l’objet est près et de les aplatir quand il est éloigné si bien que la focalisation se fasse toujours sur la rétine.

On désigne ce phénomène par « accommodation » et ce sont le relâchement et la contraction des muscles ciliaires auxquels le cristallin est rattaché, qui assurent ce changement de courbure. Enfin, tous les renseignements sur l’objet perçu découlent de l’analyse faite par le cerveau, une fois que les informations lumineuses arrivées à la rétine, transformées en influx nerveux, lui sont transmises par le nerf optique.

La netteté de l’image est maximum au centre de la rétine appelée fovéa, située dans l’axe optique, là où les photorécepteurs sont tous des cônes.

Quant aux couleurs, elles sont dues à la stimulation des types particuliers de cônes. Les bâtonnets se trouvant en grand nombre à la rétine périphérique sont très sensibles à la lumière, c’est pourquoi ce sont eux qui assurent la vision nocturne.

Problèmes de la vision liés à la vieillesse : l’essentiel à savoir sur la presbytie

La presbytie est un trouble qui va affecter tout le monde sans exception. Elle résulte de la perte progressive de l’élasticité du cristallin à cause de la vieillesse. Ce qui fait que malgré la contraction des muscles ciliaires, le cristallin qui s’épaissit et devient plus rigide. Il n’arrive plus à bomber correctement ses faces pour ramener l’image d’un objet de près sur la rétine. Comme le relâchement est plus facile, la vision de loin n’est pas perturbée au début, au contraire de celle de loin qui commence à décliner progressivement.

La presbytie apparaît chez tout individu autour de 45 ans. Les premiers symptômes se traduisent par le besoin d’allonger le bras pour lire, celui d’accroître l’éclairage pour écrire ou lire des petits caractères, etc. Ces problèmes s’accentuent à mesure que l’âge avance. Puis la vision de loin diminue à son tour et la réalisation des activités quotidiennes (couture, jardinage, conduite, etc.) devient de plus en plus difficile sans l’aide des lunettes. À partir de 65 ans, le pouvoir d’accommodation disparaît complètement.

 La presbytie peut s’associer à d’autres troubles déjà existants ou des pathologies oculaires découlant de la fragilisation de l’œil. Ils sont dû à l’âge ou d’autres facteurs dont les signes peuvent se confondre avec celle de la presbytie. Alors, il est important de se soumettre à différents tests de contrôle pour les détecter à temps et prendre les mesures nécessaires selon l’indication de l’ophtalmologiste.

Problème de la vision et vieillesse : les facteurs fragilisant l’œil et les maladies auxquelles l’oeil âgé est vulnérable

Pour un œil sain, les facultés visuelles sont aux maximum  autour de 15 ans. L’acuité visuelle pouvant atteindre 14/10ème si 10 /10ème caractérise une bonne vision. À partir de la quarantaine, les problèmes commencent à faire surface. Hormis la presbytie, il peut s’agir de la cataracte, du décollement du vitré et de la rétine, du glaucome, de la DMLA, etc.

Par ailleurs, en dehors de l’âge principal facteur de fragilisation de l’œil, on peut citer, entre autres comme facteurs favorisant leur apparition au-delà de 40 ans :

  • Les antécédents familiaux.
  • Le diabète sucré (cataracte, glaucome).
  • L’hypertension artérielle (glaucome).
  • Carence alimentaire en vitamine A surtout.
  • Myopie forte (décollement du vitré ou de la rétine, cataracte, glaucome).
  • Prise prolongée de médicaments de types corticoïdes.

D’autres problèmes de la vision liés à la vieillesse

D’autres maladies oculaires surviennent après la quarantaine. En dehors de la presbytie, ce sont le décollement du vitré, le décollement de la rétine, la cataracte, le glaucome et la DMLA.

Le décollement du vitré

Le vitré, formé d’eau à 99%, donne au globe oculaire son volume et retient la rétine à sa place. Il se rétrécit lentement avec l’âge par phénomène de déshydratation et se détache de la rétine. Cela s’accompagne d’apparition de flashs lumineux s’il y a traction sur la rétine. Sinon, des taches noires seront vues dans le champ visuel. Ce sont les corps flottants pouvant gêner  le patient au début mais il s’en adapte avec le temps. Au cas où il y a rupture de vaisseau rétinien alors il se produit une hémorragie du vitré. Le décollement du vitré touche presque toutes les personnes dépassant 80 ans. Il est souvent bilatéral.

Le décollement de la rétine

Le décollement de la rétine lié à l’âge est dû au décollement du vitré. Il peut alors bouger et provoquer une ou des déchirures des parties fragiles de la rétine. Les trous ainsi formés permettront le passage des liquides se trouvant dans l’œil et provoquer un décollement partiel ou total. Ce dernier cas constitue une urgence si on veut éviter la perte de l’œil. Le décollement de la rétine concerne un seul œil dans la plupart de cas et se passe sans douleur.

La cataracte

La cataracte a pour origine la perte de l’opacité du cristallin qui bloque alors le passage de la lumière pour atteindre la rétine. Maladie très courante, chez les personnes âgées, la cataracte peut actuellement être traitée aisément. Les solutions consistent au remplacement du cristallin défaillant par un autre artificiel.

Le glaucome

C’est une maladie causée par le mauvais écoulement de l’humeur aqueuse. Cela entraîne une augmentation de la pression intra oculaire et la restriction du champ visuel. Sans traitement elle endommage donc la rétine et le nerf optique. Évoluant de façon insidieuse sur plusieurs années, les signes précurseurs apparaîssent à 40 ans.

La DMLA

La DMLA est une maladie endommageant progressivement les cellules du centre de la rétine, la macula. La plus courante est la DMLA sèche d’évolution lente alors que la DMLA  humide se développe rapidement. Elle survient à partir de 50 ans et peut entraîner la cécité.

Fermer le menu