La Thermo kératoplastie pour corriger l’hypermétropie modérée

La thermo kératoplastie permet de corriger l’hypermétropie modérée. Mais même si vous ou quelqu’un de votre connaissance êtes touché par une hypermétropie forte, il est toujours possible d’intervenir avec l’implant intraoculaire. Avec l’évolution incessante de la technologie, les spécialistes de l’œil peuvent actuellement venir à bout de tous les problèmes de troubles pouvant affecter l’œil. Parmi eux, l’hypermétropie. En effet, les techniques et outils modernes et performants à leur disposition sont nombreux et variés, si bien que le patient n’ait qu’à choisir la technique qui lui convient le mieux.

Les options proposées dépendent toutefois des particularités des yeux, de la nature et du degré d’évolution du trouble. Bien entendu,le budget du patient entre aussi en ligne de compte. Cette chance s’offre surtout à une partie de la population des pays développés dont la France. L’accès à de tels traitements revient effectivementcher et la Sécurité Sociale ne prend pas en charge les frais. Certains cas comme la cataracte font exception. Heureusement que les lunettes et les lentilles de contact constituent des solutions efficaces et accessibles à tout le monde. Pour en revenir aux techniques de traitement, il est sans conteste que la Chirurgie réfractive constitue l’ensemble des indications. Pour l’hypermétropie, par exemple, il y a les lentilles intraoculaires pour le degré fort (de + 6 dioptries et plus), le PKR, le LasiK pour les degrés faible et moyen (de +1 à + 6 dioptries). À ces deux dernières techniques utilisant le laser, s’ajoute en cas d’hypermétropie modérée, la Thermo Kératoplastie. Cette technique est toutefois encore peu pratiquée en France.

La gamme des lasers utilisés en chirurgie réfractive de la cornée

Le laser (Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation), est une sorte de rayonnement comme celui qu’émet une source telle que le soleil. Mais à la différence de celui-ci, qui se produit spontanément, il s’obtient par stimulation de 2 gaz. L’un solide et l’autre liquide, etc. De plus, la lumière du laser ne se diffuse pas comme celle d’une lampe. Elle est cohérente.  Autrement dit, elle se canalise en un point. Enfin, de par le principe de son émission, il s’accompagne d’une énergie considérable qui impacte sur un tissu en un temps très court. Cela a pour effet de ne pas brûler les tissus voisins qu’on ne veut pas traiter.

Le laser est devenu actuellement un outil performant, quasi-incontournable en chirurgie réfractive. À ce propos, environ 200 000 opérations des yeux au laser sont estimées être réalisées tous les ans en France.

Les types de lasers pour traiter l’hypermétropie

Les applications du laser dans le domaine de la chirurgie réfractive varient selon ses caractéristiques. Ce sont entre autres la longueur d’onde et la fréquence, mais aussi de la nature du trouble. En ce qui concerne le traitement de l’hypermétropie on peut citer trois lasers :

  • Le laser excimer, de longueur d’onde 193 nm du domaine de l’Ultra-Violet, a une action photoablative sur un tissu (la cornée).
  • Un autre laser, le femtoseconde, de la longueur d’onde 1053 nm de l’Infrarouge a une action photodisruptive, en d’autres termes, une micro-dissection.
  • Et le laser holmium de longueur d’onde égale à 2100 nm, est un laser à section et qui est de faible pénétration. À noter qu’on l’utilise plus en urologie qu’en Chirurgie réfractive.

L’hypermétropie et la chirurgie réfractive

Un hypermétrope est plus ou moins incommodé, principalement sur sa vision de près. Il peut l’être aussi pour sa vision de loin si l’hypermétropie est forte. En effet, par rapport à un œil normal, ou bien, la distance entre la cornée et la rétine (longueur axiale) est plus courte, ou bien la courbe antérieure de la cornée est plus plate. L’une ou l’autre de ces anomalies a pour conséquence une image située virtuellement derrière la rétine. C’est la raison pour laquelle le sujet la perçoit d’une façon floue.

Toutefois, l’hypermétrope faible ou même moyen ne s’aperçoit pas avant la trentaine, âge où la presbytie n’est plus très loin. La raison est que le cristallin possède encore la capacité nécessaire pour pouvoir bien accommoder afin de ramener l’image à la rétine. En fin de journée, l’hypermétrope ne ressent que des maux de tête ou une fatigue visuelle. Notamment si son activité a intensément sollicité sa vue de près. À partir de quarante ans, la vue de près se dégrade. Un peu plus tard, c’est au tour de la vue de loin. En dehors des lunettes dont le port permanent devient inévitable avec des verres de plus en plus épais et plus lourds, sinon plus chères, l’hypermétrope faible ou moyen peut opter pour la chirurgie réfractive de la cornée. Si le sujet est jeune, l’opération peut se faire à partir de 18 ans.

Chirurgie réfractive de la cornée d’un hypermétrope faible ou moyen

La chirurgie réfractive de la cornée dans le cas d’un hypermétrope faible ou moyen consiste à faire bomber un peu plus la cornée centrale antérieure. À cet effet, les techniques les plus utilisées, une fois les conditions d’opérabilité remplies, sont le PKR (hypermétropie de +1 à + 2) et surtout le Lasik (hypermétropie de +1 à + 5 dioptries). Elles utilisent toutes les deux le laser excimer ainsi que le femtoseconde dans le cas du Lasik.

Cependant, pour la correction d’une hypermétropie faible, il existe une technique qui n’est pas très courante pour le résultat qu’on obtient dans le temps, mais qui s’avère très simple dans son mode opératoire. C’est la Thermo Kératoplastie au laser holmium ou à la diode.

La thermo kératoplastie

La technique consiste à appliquer d’impacts lasers de nombre variant entre 8 et 24  dans la mi-périphérie de la cornée. On guide le faisceau laser à l’aide d’un ordinateur pour donner des impacts (brûlures) disposés en anneaux dont la cicatrisation provoque le bombement de la cornée. Le résultat, est une cambrure plus accrue de la cornée centrale permettant la focalisation de l’image très près de la rétine. L’outil utilisé est le laser holmium ou une diode.

Cette technique permet d’épargner la cornée centrale et d’éviter un acte chirurgical comme dans le cas du Lasik (découpe du volet cornéen). C’est également un acte rapide et pratiquement indolore et dont les résultats sont souvent satisfaisants, dans l’immédiat.

Thermo kératoplastie : quel inconvénient ?

Son principal inconvénient réside dans le résultat à long terme qui montre une tendance à la régression. Les effets secondaires comme une sur-correction ou une sous-correction, des dédoublements d’images, de halos ou encore d’éblouissements possibles en vision nocturne, sont à redouter. Toutefois, la correction est renouvelable dans le temps et n’empêche pas les autres interventions comme le Lasik.

Fermer le menu